• Chapitre 7 (partie 2)

    « Attendez ! Allons à la bibliothèque, nous pourrons trouver toutes les réponses à vos questions. »

    « J'ai déjà cherché, il n'y a rien. D'ailleurs, tu ne trouves pas étrange que votre bibliothèque soit si petite après plus de cinq mille ans d'histoire ? Elle devrait déborder de livres, d'histoires, de manuscrits ! Où sont tous vos livres ? Pourquoi est-ce qu'on n'y trouve jamais ce qu'on cherche ? »

    Il sembla vouloir s'en aller à nouveau, mais Arcane lui barra le passage, en prenant soin de ne pas le toucher cette fois.
    « Avec tout mon respect, mon Prince, la bibliothèque n'est que pour les livres destinés au public. La véritable Histoire de l'Ordre et d'Ametis ne se trouve pas là. »

    Une lueur apparut dans le regard du Prince, et pour la seconde fois, ses yeux croisèrent ceux de la jeune Initiée.

    « Les Archives des Maîtres ! Mais oui, elles t'en ont autorisé l'accès ! »

    Un large sourire éclaira le visage d'Arcane. Et voilà, c'était dans la poche. Sans plus attendre, les deux compères se dirigèrent vers le bâtiment papal. Ils longèrent le chemin de ronde sans un mot, dévalèrent les escaliers quatre à quatre, et alors qu'ils traversaient la haute-cours le Prince dévia pour se diriger vers la bibliothèque. Arcane l'arrêta et lui fit signe de la suivre dans la direction opposée. Ils descendirent d'autres escaliers, plus étroits et plus longs, et parvinrent dans les sous-sols de l'Ordre. Ils passèrent devant des grilles de fer où des vieilles peaux de bêtes moisissaient par terre, accompagné de quelques bols rouillés. Aux murs, des chaînes pendaient lourdement, et une odeur nauséabonde se faisait sentir. Alors qu'ils s'apprêtaient à ouvrir la grande porte de bois massif qui leur faisait face, une grosse voix résonna derrière eux. Le geôlier.

    « Eh ! Qu'est-ce que vous faites là ? C'est pas un endroit pour les mioches, ici ! »

    L'homme s'approcha d'eux avec sa torche, et quand la lumière éclaira enfin leur visages, il se confondit en excuses.

    « Je suis vraiment désolé, je ne vous avais pas reconnus. Pardonnez-moi, vénérable Arcane, respectable Prince. »

    « Ce n'est rien. » dit la jeune fille « Nous sommes venus consulter les Archives des Maîtres. Ouvre-nous la porte, Mécène. »

    L'homme s'inclina encore plus bas qu'avant et s'excusa platement à nouveau.

    « Je vous demande sincèrement pardon, mademoiselle. Il est vrai que les Maîtres vous ont officiellement autorisé à consulter leurs Archives... »

    Il ne semblait pas vouloir finir sa phrase. Arcane l'y obligea.

    « Eh bien ? » aboya t-elle.

    « Hélas, l'autorisation ne concerne que vous, je ne puis laisser entrer notre bien-aimé Prince... »

    Les deux jeunes gens en tombèrent des nues. Alunir fut le premier à réagir.

    « Je suis de sang royal, je suis votre futur Roi ! Aucun accès ne peut m'être interdit ! »

    « Assurément, votre Altesse, mais les règles de l'Ordre font loi ici... Peut importe que vous soyez Prince ou Reine, si les Maîtres ne vous en donne pas l'accès vous n'avez nul droit d'entrer aux Archives... »

    « Écoutez, » dit Arcane le plus calmement possible « il doit bien y avoir une solution, non ? Les recherches que nous voulons mener dans les Archives sont pour lui, il doit trouver son Totem ! Les Maîtres m'ont confié cette mission ! Comment suis-je sensée faire s'il ne peut pas y entrer ? »

    « Toutes mes excuses, mademoiselle... » répondit simplement le geôlier.

    Il s'en alla vers le fond du couloir et tourna à gauche, où devait être son poste. Arcane, si tôt qu'il eut disparu, tenta d'ouvrir la porte. Elle tira, tourna, poussa la poignée de toutes ses forces, en vain. La porte de bougeait pas d'un centimètre. La jeune fille poussa un cri de rage, et frappa le bois du poing.

    « Aaaahh ! Impossible de l'ouvrir ! Ce Mécène doit avoir la clef... »

    Alunir, retrouvant son expression maussade habituelle, tourna les talons et commença à partir sans dire un mot. Il fut vite rattrapé par l'Initiée, qui lança un regard mauvais au geôlier en passant. Tous deux remontèrent à la surface par les mêmes interminables et étroits escaliers.

    « Je ne comprends pas ! C'est vraiment stupide, je suis la fille de l'Auguste ! Comment un [i]homme [/i]peut oser m'interdire quoi que ce soit ? Ce fils d'Hybride va payer ! Attendez que ma mère en entende parler ! »

    Lorsqu'ils arrivèrent à nouveau à la haute-cours, ils se serrèrent la main et se dirent au revoir.

    « Je t'avais gravement surestimé, je ne pensais pas que tu étais aussi inutile. Je suis déçu. »

    Surprise par cette méchanceté gratuite de soudaine, Arcane lui lâcha violemment la main. Il s'en alla dans la direction opposé et ne se retourna pas.

    Choquée et mécontente, Arcane s'en alla après quelques secondes de réflexion. Ce garçon était fou, et ingrat, elle ne voyait pas d'autre explication. Quel goujat. Elle avait fait de son mieux, ce n'était pas sa faute si ce maudit geôlier ne voulait pas le laisser entrer ! Elle monta les escaliers à vive allure, jusqu'en haut de la grande tour. Là se trouvait les quartiers de l'Auguste, et elle espérait bien s'entretenir avec elle sur la façon dont elle avait été traitée par cet abruti de Mécène. Alors qu'elle parvenait à la porte de la salle d'audience, d'où l'Auguste menait toutes les affaires de l'Ordre et recevait les membres qui désiraient lui parler, Arcane ralentit et ne fit plus un bruit. Quelqu'un d'autre était déjà en grande discussion avec sa mère, et la jeune fille ne put s'empêcher d'écouter.

    « Qu'en est-il du onzième ? » résonna la voix de l'Auguste.

    « Malheureusement, il est impossible à trouver, nous avons cherché partout... »

    « Comment est-ce possible ? Vous êtes-vous ramolli avec le temps, Thabel? »

    « Du tout » affirma l'homme « Simplement nous... nous avons épuisé les réserves.»

    Il y eu un silence de quelques secondes. Arcane pensa faire son entrée à ce moment-là, mais la conversation reprit.
    « Dites-moi, qu'en est-il de la petite ? »

    « Madame... ? » demanda l'homme d'une voix surprise.

    « Je veux dire, où en est-elle ? »

    L'homme ne semblait pas être à son aise, il hésita plusieurs secondes avant de répondre.

    « Elle est toujours dedans, elle finira sûrement dans deux jours. »

    « C'est trop long. Faites-la sortir. »

    Son interlocuteur poussa un cri scandalisé. Il ne semblait pas s'attendre à cette réponse. L'Auguste poursuivit.

    « La Consécration est demain, nous n'avons plus le temps. Je vous ordonne de la faire sortir. Et ajoutez-la aux dix autres. Écoutez, ne me regardez pas comme ça, j'ai assez de choses à traiter en ce moment. Entre la cérémonie de demain, la famille royale, ma fille, et les Maîtres qui veulent l'empêcher de me succéder je n'ai vraiment pas le temps de penser à ce genre de chose. Faites ce que je vous dis, et secouez-vous un peu. Ce n'est pas la première fois que nous faisons ça, et ce ne sera certainement pas la dernière. »

    Arcane choisit ce moment où l'on parlait d'elle pour entrer avec un demi-sourire, ravie d'entendre que sa mère se souciait autant de sa succession. Alors qu'elle passait la porte, elle toqua dessus pour s'annoncer.

    « Vous pouvez disposer, Thabel. » dit sa mère sèchement au Mécène.

    Avec une révérence très convaincante il se dirigea vers la porte, saluant au passage la jeune fille avec un profond respect. L'homme avait un visage taillé à la serpe, de grands yeux bleus transparaissaient sous sa capuche blanche et argent. Il semblait en très bonne condition physique mais sa peau était marquée par la fatigue et le soleil. Un très bel homme, bien qu'Arcane remarqua avec surprise l'absence de tatouages sur son visage et ses mains. Il sortit de la pièce sans la quitter du regard.

    Une fois la porte fermée, l'Auguste se leva de son siège lassement et vint étreindre sa fille.

    « De quoi parliez-vous avec ce Mécène, mère ? »

    « Oh, tu sais... Ce sont des problèmes que tu auras bien assez tôt, lorsque tu prendra ma place... Ne te tracasse pas avec ça dès maintenant, profite de ton ignorance. Profite. »

    Elle lui caressa les cheveux et l'invita à s'asseoir près d'elle.

    « Dis-moi, que me vaut l'honneur de ta visite ? »

    Arcane commença à lui conter toute sa matinée. Sa mère l'écouta avec grande attention, elle sentit même une pointe d'agitation dans son regard lorsqu'elle décrit sa rencontre avec Alunir. Sa mère ne la quitta pas du regard une seule fois. L'Initiée parla d'une voix scandalisée du Mécène qui avait avait refusé l'accès des Archives au Prince. Elle finit son récit en omettant la réflexion blessante de celui-ci au moment de se quitter. Lorsque Arcane acheva de parler, sa mère ne répondit pas tout de suite. Elle posa gentiment sa main sur le genou de la jeune fille et dit tendrement.

    « Il est important que le Prince n'entre pas dans les Archives, Arcane. Tu dois faire cela toute seule. »

    « Mais... »

    « Non. C'est un ordre. Le Prince [i]ne doit pas[/i] rentrer aux Archives. C'est compris ? »

    Arcane acquiesça, peu convaincue. Elle aurait aimé savoir pourquoi, mais le ton de sa mère était sans appel. Cela ne servait à rien d'insister. Sa mère coupa court à leur discussion.

    « Je te verrai ce soir au dîner. Va. »

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :